Retour à Spectacles

LE CID

Venez découvrir Les Carnets de Création du Cid, un ensemble de schémas photos et croquis vidéos, qui évoluent avec la création.

Chimène, l’Infante et Rodrigue sont des enfants qui rêvent du monde d’après mais que l’on contraint à l’ancien archaïque et barbare, où le sang fait loi et où la parole des femmes se perd dans l’indifférence. Chimène hurle dans le vide, l’infante se tait à tue-tête et Rodrigue impuissant malgré sa force, fuit aussi lentement qu’il peut.

Jouer Le Cid dans la rue, c’est amener ces vers à l’air libre et chercher ce qu’ils racontent de notre époque.

Le Cid est un monument éparpillé dans les mémoires (Ô rage, ô désespoir?) . Nous le reconstruisons avec ce que nous avons et qui peut encore servir : des comédien·nes, un musicien, des marionnettes, des sons et des tambours, un vélo, du carton et des voiles, pour donner à entendre et à voir.

Note d’intention

Je voulais travailler sur un classique. Pour m’y frotter, m’y confronter, m’y frictionner. Et d’un constat simple et peut-être erroné, voire fantasmé, que notre patrimoine culturel semble se déliter, je voulais travailler sur un classique pour voir ce qu’il pouvait me raconter et comment je pouvais parler au plus grand nombre avec un vieux machin.

Et le but n’est pas de « redonner un peu de culture à ces pauv’s gens ! » mais essayer de susciter l’envie. Celle qui nous a manquée à l’école,quand par hasard, un jour, on a croisé un ou deux grands classiques de théâtre. Cette langue ? Ces vers ? Et même excellemment servi par un professeur passionné, mais qui avait un mal de chien à nous tirer de notre torpeur tellement tout cela pouvait paraître désuet et qu’en plus c’était du travail et qu’en plus ce serait noté ! Peut-être même qu’un jour on nous a obligé à apprendre un extrait et là…. !

J’ai la sensation que de ce patrimoine si riche et si puissant il ne nous reste pas grand-chose. Quelques mauvais souvenir peut-être ? Et que si chacun se souvient vaguement de « Ô rage Ô désespoir, … » (c’est dans le Cid ça ?) parce qu’il fait partie de l’inconscient collectif ou parce qu’on a été contraint de l’apprendre, lui en revanche ne nous a pas appris grand chose

Parce que lire du théâtre n’est pas une chose facile. C’est même pour un novice presque impossible et voué à la catastrophe. Aborder le théâtre par le texte et son analyse littéraire n’est pas la voie la plus aisée.

Mais aller au théâtre, ressentir, se laisser toucher, accepter sans broncher les conventions parce notre corps entier et tous nos sens sont en éveil, semble le plus simple et le plus réjouissant

L’histoire est simple .

Chimène aime Rodrigue. Rodrigue aime Chimène. Et leurs pères sont d’accord, mais se disputent. Trop vieux pour se venger (c’est là : « Ô rage Ô désespoir, « ) le père de Rodrigue lui demande de le faire à sa place. Et Rodrigue tue le père de Chimène. Rodrigue peut-il encore épouser Chimène ?

Évidemment vu d’ici, de notre 21° siècle, la réponse est : « Non ! »

« Ah ? C’est tout ? Bon allez on rentre ! »

Mais non, parce qu’il y a aussi l’infante qui aime aussi Rodrigue mais qui ne l’a jamais dit (sauf à sa servante!) et qui ne peux pas le dire parce qu’elle ne peut pas l’avoir pour la simple raison qu’il n’est pas fils de roi. (Alors que elle si!)

Et tout est là. Nos héros, Rodrigue, Chimène, L’infante, se battent avec le monde dans lequel ils vivent. Il se débattent avec le monde dont ils rêvent et celui si archaïque et barbare qu’on leur a transmis. Ils font combattre leur puissant Amour avec leur Honneur ravageur. C’est un duel incessant qui les lacère et les triture. C’est l’ancien monde contre le nouveau. Celui d’avant contre celui d’après ?

Je vis sur une planète qui se dégrade un peu plus chaque jour. Nous épuisons notre unique lieu de vie comme si nous ne voulions pas voir, comme si nous n’étions pas responsables de cet effondrement. Nous laissons dépérir notre patrimoine unique, notre berceau jusqu’à épuisement total peut-être.

Deux patrimoines qui s’épuisent en somme. Et les deux sont à mon sens intimement liés. Notre patrimoine culturel peut nous aider à nous élever, prendre conscience, , penser le monde, nous nourrir des expériences (même mauvaises), prendre du recul, prendre de la hauteur, agir. Ré-agir.

Je n’ai pas la prétention de changer le monde, mais peut-être d’apporter une toute petite pierre dans le grand chantier de sa transformation, en essayant de redonner sa popularité à un monument de notre patrimoine. Une toute petite pierre dans une cathédrale, malmenée par des années d’analyses, même pertinentes, mais qui ont pu nous faire oublier que si la pièce s’adresse à nos esprits elle peut aussi s’adresser à nos sens, à nos cœurs.

De même que les personnage du Cid (les plus jeunes en tous cas) ressentent viscéralement leurs désirs et la direction qu’ils veulent donner à leur existence, de même qu’ils se sentent accablés par le poids phénoménal de la morale, de l’habitude, du système en somme, peut-être avons nous comme choix de désirer notre avenir plutôt que le subir, de l’idolâtrer voire de le fantasmer plutôt que de l’aborder comme une fatalité ?

Essayer de re-conquérir tant bien que mal, avec simplement ce que nous sommes et ce que nous avons ici et maintenant, notre patrimoine culturel et par là même peut-être également, notre patrimoine environnemental.

Les carnets

Les croquis et les photos du travail en cours pour pour une création que nous espérons belle, riche, enrichissante, touchante, originale, créative… une création quoi ! -Qui n’a pu l’obtenir, ne le méritait pas. -Ne le méritait pas ! moi? -Vous. -Ton impudence, Téméraire vieillard, aura sa récompense. acte I scène 4 Et bam !le …

Le Cid – Presse

Le Cid, les photos

Les photos des représentations. Celles de l’été d’abord.

Les vidéos

Nous présentons ici quelques vidéos de notre spectacle Le Cid. Vous trouverez par ailleurs d’autres extraits vidéo de répétition dans les carnets de création. Tout d’abord, un portait de Chimène en quelques plans. Chimène est le cœur de notre histoire. Elle est pour nous le personnage central et celle qui mérite le plus d’attention. C’est …