La compagnie

Genèse

Après s’être impliqués dans divers projets artistiques, diverses associations loi 1901 à but non lucratif (mais il faut bien vivre !), après avoir monté toutes sortes d’événements artistiques ou assimilés, après avoir chanté, joué, lu à haute voix (sans être écouté, sans être entendu, parfois !), après avoir parlé, démarché, défendu, déprimé, abandonné, repris, etc., après avoir arpenté les rues, foulé les scènes,  » défoulé  » les centres commerciaux, etc., après avoir vu, lu, écouté (pas entendu, parfois !), cherché, confronté, exploré, pas trouvé et finalement renoncé… et finalement pas renoncé,  nous nous sommes dit :  » faut continuer !  »

 » C’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche.  » Pierre Soulages

Création badge avide juste le rond

Fondée en 2008 sous l’impulsion de la création du spectacle « La Contrebasse » (de Patrick Suskind) la Compagnie Avide Vacarme se définit comme un espace de rencontres d’artistes d’horizons différents et de disciplines artistiques. Vouée au départ au théâtre, elle ouvre régulièrement son champ vers la musique, les marionnettes, la danse et les arts plastiques.

Multipliant les formes et les styles, elle crée des spectacles qui s’adressent tant aux jeunes publics qu’aux adultes ou aux familles.

Car un de ses premiers buts est de favoriser l’accès des publics au spectacle et de générer les rencontres avec les spectateurs, notamment en allant là où le théâtre va moins. Si elle peut jouer dans les lieux dédiés comme les théâtres et les centres culturels, elle investit avec conviction les cours, les hangars, les écoles, et tous les lieux où l’on peut jouer et installer un public. Dans cette démarche, la Compagnie Avide Vacarme explore la notion de théâtre populaire et veut proposer des spectacles de qualité accessibles au plus grand nombre.

Le vacarme

Le vacarme, c’est d’abord dans nos têtes !

C’est celui qui gronde à l’intérieur, qui nous pousse à agir ou bien qui nous fige.
C’est le vacarme d’une cour de récré remplie de cris, de jeux, d’histoires, de secrets, de joie et de colères.
C’est le vacarme de la révolte, des gens qui souffrent, qui veulent du changement, qui veulent qu’on les entendent.
C’est le vacarme de la ville qui rentre par la fenêtre et des oiseaux dans les arbres quand on se promène seul.
C’est un joyeux vacarme qui se termine toujours par la paix, le silence et l’apaisement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.