Revenir à Spectacles

L’île sans fin

 » E : C’est un système assez simple. Il n’y a pas grand chose à comprendre. Juste être là. »

C’est une île isolée au milieu d’une eau trouble. Une île où la vie est précieuse et la mort confidentielle. Une île où l’on s’occupe des humains, ceux qui débarquent, ceux qui s’échouent, ceux qui accostent. On y vient parce qu’on souffre, parce qu’on croit en quelque chose, par désespoir ou par espoir, par hasard. On y vient pour vivre, pour survivre, pour exister. C’est une île où chacun doit trouver sa place. Une place indispensable. C’est une île qui se dresse, s’organise pour la vie et qui lutte sans cesse contre son immersion.

Et quand on la quitte, pour revivre ou pour mieux revenir, elle continue sans vous. C’est une île immobile qui ne s’arrête jamais. Une île sans fin.

Quand L (qui se fera un prénom) débarque sur l’îlopital, c’est avec la fougue et la motivation d’un jeune médecin tout juste sorti de l’école. A peine arrivé, il va s’immerger dans un monde étrange et va devoir se confronter à des situations complexes, inextricables, parfois absurdes. Mais chacune de ses rencontres, si improbable qu’elle puisse être, construit pas à pas dans la terre boueuse de l’île, son aventure humaine.

de Sébastien Turpault
avec
Cécile Courageot
Nathalie Albouy
Rahim Nourmamode
Jean-Marc Foisac
Sébastien Turpault
Scènographie : Henri Cavignac

 

 

 

 

Initié par le Pôle culture et santé de nouvelle aquitaine et le Centre hospitalier de la Haute Gironde, cette œuvre de fiction est né du croisement de la parole récoltée auprès des anciens habitants des îles de l’estuaire (les ilouts) et de celle des professionnels et usagers de l’hôpital de Blaye. Une rencontre improbable qui prend tout son sens au fil de cette écriture dramatique.

Extraits de la lecture réalisée le 19 octobre 2017